L’ÉQUIPE SURESNES

Suresnes est une ville aisée de l’ouest parisien. Toutefois, elle est composée d’un certain nombre de quartiers populaires. Le développement précoce de logements sociaux dès les années 1930 avec la Cité-Jardins s’est poursuivi dans les années 1950, 1960 et 1970 en particulier sur les hauteurs des Suresnes (dit le « Haut Suresnes ») et dans le centre ville (la cité des Chênes et la cité de l’Europe). La ville compte aujourd’hui 37,2% de logements sociaux, ce qui correspond à un peu plus de 7400 logements. Trois chercheurs de l’université Paris Nanterre, avec les jeunes de ces différents quartiers, la Maison de quartier des Sorbiers, l’Espace JeuneS – Suresnes Animation et l’Association du Site de la Défense réaliseront la recherche sur ce territoire.

Aurélie Quentin

Maître de conférences en études urbaines

Maître de conférences en études urbaines à l’Université Paris-Nanterre (UMR LAVUE), elle travaille sur la dimension politique de l’espace urbain en Amérique latine, aux croisements des politiques urbaines et des pratiques citadines. Elle s’intéresse actuellement à la production des normes permettant la stabilisation d’ordres urbains dans le contexte de la néolibéralisation, et développe un partenariat avec l’Argentine sur le rapport des jeunes de quartiers populaires à la mémoire et aux violences d’État. Dernière publication : Marianne Morange et Aurélie Quentin, « Mise en ordre néolibérale de l’espace et fabrication de « bons commerçants » au Cap et Quito : le commerce « de moins en moins dans la rue » », Métropoles [En ligne], 21 | 2017;

Thibault Cheronnet

Suresnes Animation, Espace JeuneS 15-25 ans

« Texte à venir »

Grégory Busquet

Maître de conférences en sociologie

Membre du LAVUE et maître de conférences à l’Université Paris Nanterre, ses travaux de recherche portent sur les relations entre espace urbain et politique, à travers l’action publique territorialisée en France d’une part, et à travers les mouvements sociaux urbains d’autre part. A partir du Droit à la ville, il interroge actuellement le rôle des mémoires collectives dans les processus d’émancipation, lors des opérations de rénovation urbaine en France ou dans les quartiers en gentrification en Grande-Bretagne. Dernières publications : (Avec F. Hérouard et E. Saint-Macary) La Politique de la ville. Idéologies, acteurs et territoires, L’Harmattan, 2016 ; (avec C. Barrère, A. Diaconu, I. Iosa, M. Girard) Mémoires et patrimoines. Des revendications aux conflits, L’Harmattan, 2017.

Hélène Nessi

Architecte-urbaniste, maître de conférences en aménagement et urbanisme

Membre du LAVUE et maître de conférence à l’Université Paris Nanterre. Ses recherches portent sur l’influence du rapport au cadre de vie, i. e. les représentations des dimensions fonctionnelle, spatiale, sensible et sociale sur la mobilité quotidienne et de loisir et sur l’appropriation des lieux. Elle travaille de manière plus générale sur les pratiques de mobilité et modes de vie. Dernières publications : Nessi.H, 2017, « Leisure mobility and individuals’ relationship to the living environment: a comparison between the Paris and Rome urban regions », Environnement Urbain / Urban Environment; Nessi, H., Le Néchet, F., Terral, L., 2016. « Changement de regard sur le périurbain, quelles marges de manœuvre en matière de durabilité ? », Géographie Économie et Société, 18 (2016) 15-33.

Adrien Voileau

Maison de quartier des Sorbiers

« Texte à venir »