L’ÉQUIPE LA RAMONERIE

La commune de Vert-Saint-Denis est une ville de 7300 habitants située au sud de la Seine-et-Marne (77), à environ 45 Km au sud-est de Paris, qui fait partie intégrante de l’agglomération Grand Paris Sud depuis 2017, auparavant ville nouvelle de Sénart. Elle est desservie par la ligne D du RER (la gare est située sur la commune voisine de Cesson). Le paysage agricole est celui des grands espaces ouverts. Le hameau de Pouilly le fort et son château médiéval tiennent une place centrale dans ce paysage. Le vieux bourg s’étend autour de l’église Saint-Pierre-Saint-Paul. Depuis les années soixante, deux types d’espaces urbains se sont développés : d’une part l’habitat individuel et d’autre part les secteurs d’activité économique le long des axes de communication, notamment le long de la RN6 où se situe le Parc d’Activités de Vert-Saint-Denis. L’accroissement du parc de logement résultant de l’extension de la ville nouvelle de Sénart s’est traduit par une augmentation des résidences principales et une décroissance des résidences secondaires. Il y a environ 80% de propriétaires et 14.8% de logement sociaux. La commune se distingue par un tissu associatif dense (mais peu orienté sur la jeunesse) et un attachement fort des jeunes à leur commune qui se traduit notamment par un désir de demeurer et acquérir un logement dans la commune. La Ramonerie est un quartier créé en 1985 qui comprend deux rues principales, la rue Pierre Mendès-France et la rue Joseph Lesurques. Il y a deux grands immeubles au centre du quartier et une grande place à côté de ces immeubles, la place Condorcet. La population de ce quartier rest composée à 40% de moins 25 ans. Pendant plusieurs années, ce quartier était un quartier de la politique de la ville.

Claire Aragau

Maître de conférences en géographie

Maître de conférences en géographie, elle travaille sur les espaces périurbains, pris entre des logiques de mise en marge et des formes d’affranchissement de la ville-centre, en s’intéressant aux actions locales (initiatives citoyennes et politiques publiques), aux procédures hybrides ville-campagne fabriquant de l’innovation territoriale (développement local, agriurbanisme). Dernière publication : Aragau, C. ; Didier-Fèvre, C. ; Rougé, L. 2016. « Les enfants : une pièce maîtresse du puzzle périurbain », Les Annales de la Recherche Urbaine, La ville des enfants et des adolescents, n° 111, p. 43-57.

Claire Carriou

Maître de conférences en études urbaines

Maître de conférences en études urbaines, membre du LAVUE, elle travaille sur la question de la production du logement (acteurs, politiques, dispositifs…) en incluant dans cette perspective les modalités d’intervention, de participation et d’appropriation habitantes qui contribuent à modeler la sphère de l’habitat (pratiques et représentations à l’échelle de la sphère privée ou du quartier). Elle a notamment publié : Carriou Claire (2015), « Malentendus et inattendus autour de la participation habitante. La “coopérative” d’accession sociale Le Grand Portail à Nanterre (France) », Lien social et politiques, n° 73, p. 215-231.

Vijay Poirier et Celestin Nadège

Espace jeunesse

L’espace jeunesse de Vert-Saint-Denis est une structure qui accueille les jeunes de 11 à 25 ans. Nadège est directrice de l’espace jeunesse et Vijay chargé des projets jeunes pour les 16-25 ans.
Nadège et Vijay ont grandi et on était scolarisés sur Vert-Saint-Denis, ce qui montre leurs réelles connaissances de ce territoire. Par la suite, tous les deux ont été embauchés et titularisés par la mairie de Vert-Saint-Denis.
Ce binôme travaille pour la municipalité depuis plus de 10 ans et a beaucoup d’expérience sur le public jeune. De nombreux projets ont été montés sur la structure : des projets humanitaires, sportifs, événementiels…

Marie Bridonneau

Maître de conférences en géographie

Maître de conférences en géographie, membre du LAVUE, elle travaille sur les usages sociaux et politiques du patrimoine en ville : mobilisations, instrumentalisations et valorisations de la ressource patrimoniale, essentiellement dans des villes africaines. Elle s’intéresse entre autres à la manière dont les jeunes citadins s’emparent de l’opportunité patrimoniale pour s’inscrire dans l’espace globalisé. Elle a notamment publié : « S’ancrer dans le monde “pour une vie meilleure” – Les rencontres entre habitants et touristes à Lalibela (Éthiopie), petite ville du patrimoine mondial », Via@, Patrimoine Mondial, tourisme et développement durable en Afrique, n° 2, 2013, mis en ligne le 30 décembre 2013.